Catégories
Lire Voir et écouter

Conférence « Pour une approche intersectionnelle en sociologie des arts et de la culture »

Lundi 21 mars – 18 h –
Esthua – Faculté de Tourisme, Culture et Hospitalité.

Présentation du n°10 de la revue Biens symboliques/Symbolic goods, coordonné par Chloé Delaporte, Artemisa Flores Espinola, Emmanuelle Guittet, Kaoutar Harchi, Marie Sonnette et Cécile Talbot, à paraître en avril 2022.

Parce qu’elle est, comme le reste du monde social, un espace où s’exercent (entre autres) des dominations de classe, de genre et de race, la production des biens artistiques et culturels se présente comme un lieu d’observation privilégié de leur intrication. Les textes réunis dans le numéro 10 de la revue Bien Symboliques/Symbolic goods montrent ainsi combien s’imbriquent les variables sociologiques dans l’accessibilité aux carrières artistiques (notamment dans l’article de Karim Hammou sur la mobilité sociale des rappeuses) et combien les producteurs et productrices artistiques sont institutionnellement construits en fonction de leurs propriétés et appartenances sociales (réelles ou supposées), que cette construction soit le fruit de l’institution judiciaire (l’assignation en justice de rappeurs, étudiés par Emmanuelle Carinos) ou de l’institution culturelle (le fonds « Images de la diversité » du CNC, étudié par Evélia Mayenga).

Lors de ce rendez-vous du Mois du genre, deux des coordinatrices du numéro 10, Emmanuelle Guittet (Université de Paris) et Marie Sonnette (Université d’Angers), ainsi que plusieurs auteur·e·s reviendront sur les façons d’étudier concrètement comment se confrontent et se reconfigurent les rapports sociaux de sexe, de classe et de race, imbriqués entre eux et en interaction permanente, à partir de points de vue sociologiques et artistiques variés.

En présence de :

  • Emmanuelle Guittet (chercheuse postdoctoral au labex ICCA) et Marie Sonnette (maîtresse de conférences en sociologie à l’Université d’Angers), dresseront les grands enjeux des usages de l’intersectionnalité en sociologie des arts et de la culture ;
  • Emmanuelle Carinos (doctorante au Cresppa-CSU) parlera de son article intitulé “Le rap au prétoire : luttes politico-judiciaires autour de deux clips” ;
  • Karim Hammou (chercheur au Cresppa-CSU) présentera son article intitulé “L’articulation des rapports de pouvoir dans la mobilité sociale des rappeuses des années 1990” ;
  • Évélia Mayenga (doctorante au CESSP) reviendra sur son article intitulé “Entre “diversité” et “qualité“. Les logiques sociales et professionnelles de l’attribution d’une aide à la création audiovisuelle”.

#Intersectionnalité

Autour de “L’intersectionnalité dans les mondes de l’art”