Catégories
Lire

Autour de “Mauvaises filles”

Ces différents ouvrages mettent en avant un sujet longtemps ignoré et invisibilisé, celui de la déviance féminine. À travers dix neuf portraits de mauvaises filles, Véronique Blanchard et David Niget racontent les expériences de femmes marginales de 1840 aux années 2000.

Dans son ouvrage Vagabondes, voleuses, vicieuses: adolescentes sous contrôle, de la Libération à la libération sexuelle, Véronique Blanchard analyse de documents d’archives du tribunal pour enfants de la Seine et relate la répression judiciaire subie par les femmes qui troublaient les normes du genre en se comportant en rebelles dans les années 50 et 60.

Coline Cardi et Geneviève Pruvost historicisent et politisent le sujet tabou de la violence des femmes dans Penser la violence des femmes.

Dans le genre trash, le roman de Virginie Despentes Baise-moi raconte l’histoire de deux jeunes femmes n’ayant plus rien à perdre qui se lient d’amitié en devenant des criminelles.

Pour finir, la bande dessinée L’astragale de Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerg relate la vie d’Albertine Sarrazin, et nous plonge dans la romance entre une jeune rebelle en cavale et le jeune voyou qu’elle rencontre après s’être évadée de prison.

Bibliographie 

• Véronique Blanchard, David Niget, Mauvaises filles, incorrigibles et rebelles. Paris, Textuel, 2016.

• Véronique Blanchard, Vagabondes, voleuses, vicieuses: adolescentes sous contrôle, de la Libération à la libération sexuelle. Paris, Éd. François Bourin, 2019.

• Coline Cardi et Geneviève Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes. Paris, la Découverte, 2012.

• Virginie Despentes, Baise-moi. Grasset, 1999.

• Anne-Caroline Pandolfo, Terkel Risbjerg, L’Astragale. Sarbacane, 2013.

 

Durant toute la durée du Mois du genre, la librairie Contact (3, rue Lenepveu à Angers) met à disposition une sélection d’ouvrages sur la thématique du genre et des conférences au programme.